L’empreinte de la terre.


L' homme s'est tou­jours ins­crit in­tui­ti­ve­ment dans son  mi­lieu na­tu­rel. Une ob­ser­va­tion at­ten­tive lui a per­mis de dé­cryp­ter son en­vi­ron­ne­ment vi­si­ble et in­vi­si­ble .  Ha­bi­ter un lieu, c'est être pré­sent à tout ce qui lui donne corps; pour cela l'homme, par tâton­ne­ments suc­ces­sifs et ex­pé­rien­ces per­ma­nen­tes à réus­si à créer un ha­bi­tat sen­si­ble en con­cor­dance vi­bra­toire avec la terre qui le porte et la bio­sphère qui le fait vi­vre. La terre vit, ses pro­fon­deurs sont en per­pé­tuel­s mou­ve­ments. Ces mou­ve­ments sont la source de vi­bra­tions, de cas­su­res, de dé­pla­ce­ments d'eaux qui créent vi­bra­tions so­no­res, champs ma­gné­ti­ques, failles et ré­seaux hy­dro­li­ques sou­ter­rains. Ces phé­no­mè­nes in­duits sont au­tant de per­tur­ba­tions pos­si­bles dans l'ha­bi­ta­tion.


L’ Homme de la Terre…

Le temps du ciel.


L'homme, par sa ver­ti­ca­li­té, est un lien en­tre ciel et terre. Son ha­bi­tat en est l'image. Il lui per­met de res­sen­tir très for­te­ment ce lien comme dans ces ca­thé­dra­les dans lesquelles les bâtis­seurs des temps an­ciens ont sou­vent frô­lé la dé­mesure et par­fois dé­pas­sé le sim­ple bon-sens cons­truc­tif. (voir ca­thé­drale de Beau­vais). Pour­tant, au quo­ti­dien, le bon-sens de ces bâ­tis­seurs à per­mis de cons­truire des ha­bi­ta­tions res­pec­tueu­ses des lois phy­si­ques na­tu­rel­les, pou­vant même of­frir des lieux pro­tégeant des per­tur­ba­tions ter­res­tres et mieux, des lieux de ré­gé­né­res­cence de vie. L'in­té­gra­tion au pay­sage et l'ac­cord avec l'en­vi­ron­ne­ment vi­bra­toire du lieu sont les ga­rants d'une bonne ha­bi­ta­bi­li­té d'un bâ­ti­ment.


Le temps de l’Homme.


No­tre ver­ti­ca­li­té ou­vre no­tre re­gard vers les qua­tre points car­di­naux et les huit di­rec­tions. Cette vi­sion ho­ri­zon­tale ou­vre la porte du temps. L'al­ter­nance du jour et de la nuit, le dé­pla­ce­ment du so­leil et de la lune, la course des étoi­les sont au­tant de phé­no­mè­nes qui in­fluent de fa­çon plus ou moins im­por­tante sur no­tre vie quo­ti­dienne. Pour gar­der la mé­moire des ob­ser­va­tions cé­lestes, l'homme a créé des re­pè­res sur le sol, des car­tes du ciel, mi­roirs de la voûte cé­leste. Ces en­sem­bles de re­pè­res en ac­cord avec la mesure du  temps sont  de­ve­nus des lieux de ré­gé­né­res­cence  et  de vie har­mo­nieu­se­ment  ac­cor­dés à  la na­ture des cho­ses. La pre­mière étoile qui donne la vie au quo­ti­dien est le so­leil; ce sont ses ré­vo­lu­tions qui sont le guide prin­ci­pal de l'ha­bi­tat hu­main. Le mi­roir de son dé­pla­ce­ment tra­cé au sol donne un rec­tan­gle que l'on nomme rec­tan­gle sols­ti­ciale. C'est cette fi­gure géo­mé­tri­que pro­por­tion­née qui est le sup­port ori­gi­nel de bien des plans de cons­truc­tions bâ­ties de par le monde.


L'Homme de la Terre... Pourquoi la géobiologie... Notre intervention... Architecte & Géobiologue...
L'Homme de la Terre... Pourquoi la géobiologie... Notre intervention... Nous contacter... Thierry Geslot - Géobiologue Mentions légales.

Thierry GESLOT

Géobiologue & Architecte

la suite de l'histoire... Pourquoi la géobiologie?...